Campagne d'ATER : quelques conseils

Cet article a été construit sur la base des conseils recueillis par les membres du RIDE auprès de doctorant-e-s ATER ou ancien-ne-s ATER et MCF – nous les en remercions. Vos témoignages et précisions restent bien entendu les bienvenus. 

Un merci tout particulier au BDP3 qui nous a apporté énormément de conseils sur ce dossier !

 

Qu’est-ce qu’un poste d’ATER ?

« Etre attaché temporaire d'enseignement et de recherche permet de préparer une thèse ou de se présenter aux concours de recrutement de l'enseignement supérieur tout en enseignant, en qualité d'agent contractuel. Un enseignement de 128 heures de cours ou de 192 heures de travaux dirigés ou de 288 heures de travaux pratiques par an doivent être assurés. » (http://www.education.gouv.fr/cid1217/les-attaches-temporaires.html#qu-est-ce-qu-etre-ater)

Le service est de 192h (=128h CM) pour une rémunération de 1682,66 €  (+ prime de 1228,93 € ), s’il s’agit d’un contrat à mi-temps dit « demi-ATER », de 96h (=64h CM), pour une rémunération de 1228,93 € net mensuel ( + demi-prime).

Le service peut être réparti sur la base de 12 ou 6 mois. Ainsi, vous pouvez très bien bénéficier d'un service complet (ou dit «  100% » ) sur 6 ou 12 mois ; d'un service 50% sur 6 ou 12 mois.

Il s’agit donc d’enseignement (avec les obligations de service qui vont avec, correction des copies par exemple), mais « à titre exceptionnel », il peut également vous être demandé de faire un peu de recherche : «  Pour les ATER non titulaires du doctorat, ces travaux de recherche doivent être compatibles avec la préparation de leur thèse. »

Les + : de l’expérience d’enseignement, du réseau, un statut valorisé par l'Université, le salaire

Les - : chronophage, peut se révéler coûteux (transports, hébergement)

Les ATER sont recrutés après publication des postes par les universités, sur dossier. Il n’y a pas, ou très rarement d’entretiens ni d’auditions pour les postes d’ATER. Les postes paraissent en général entre février et juillet.

 Bon à savoir : de plus en plus d'universités proposent des contrats de 10 ou 11 mois. Sachez que votre service, dans ce cas, doit être réduit d'autant : un contrat de 11 mois comprend donc 176 heures et un de 10, 160h !

Conditions 

Si vous êtes doctorant•e : vous pouvez bénéficier d'un contrat ATER renouvelable une fois, et ce que le contrat vous engage sur 6 ou 12 mois. 

Vous êtes docteur•e : de même, vous avez le droit à un contrat d’ATER renouvelable une fois, que le contrat vous engage sur 6 ou 12 mois. 

Selon les universités et les pratiques, vous pourrez ou non de nouveau avoir le droit à 2 ans d’ATER après votre soutenance – parfois c’est proscrit, mais ailleurs, c’est possible.

Vous êtes fonctionnaire titulaire d’un concours : vous pouvez effectuer 3 contrats d’ATER, auxquels peuvent s’ajouter un contrat supplémentaire.

Les détails sur http://www.education.gouv.fr/cid1217/les-attaches-temporaires.html

 

Avant : préparer son plan d’attaque 

  • Avant toute chose, réfléchissez à votre « stratégie » : est-ce le bon moment pour vous lancer dans un poste d’ATER ?

Parfois, bien sûr, ce n’est pas une question de bon moment ou non : il faut bien manger et le doctorant ne se nourrit pas de savoir et d’eau fraîche ! N’hésitez pas à en parler autour de vous, pas seulement à votre directeur/trice (qui ne sera pas forcément très enthousiaste, pensant qu’ainsi vous perdrez du temps pour votre thèse), mais aussi à d’autres doctorant•e•s, à des ATER en place…

  • Prévoir un budget « campagne d’ATER » : pour les photocopies (peut-être est-ce le moment d’investir dans une imprimante scanner : certains dossiers sont uniquement numériques, d’autres papiers…), les enveloppes, les timbres pour envoyer les dossiers…
  • Réfléchissez à ce que vous êtes prêt-e à faire ou non : quelle distance (en heures de train, de voiture) vous semble gérable? Accepteriez-vous un poste à Toulouse si vous êtes à Paris ? Ferez-vous plutôt des allers-retours ou préférez-vous partir vivre sur place ? N’oubliez pas que votre mission d’enseignement est répartie sur environ 2 fois 13 semaines, pas sur toute l’année.
  • Inscrivez vous sur ALTAÏR  (portail Galaxie): le plus tôt est le mieux (vous pourrez apprivoiser la plateforme) !
Attention : le mot de passe n’a que 8 caractères, même si lors de l’inscription vous en avez rentré plus, seuls les 8 premiers comptent.
  • Choisissez vos sections : vous pouvez postuler dans des sections qui ne sont pas celles où vous êtes inscrit•e. en thèse : littérature / littérature comparée ; sociologie / science de l’éducation / info com ; par exemple. Cela représente plus de dossiers à envoyer (donc plus gros budget, plus de temps), mais aussi plus de chances d’avoir un poste !

Toutefois, petite précision pour éviter tout suicide académique : si vous êtes doctorant•e ou docteur•e  et que vous souhaitez par la suite candidater pour la qualification MCF, renseignez-vous sur la politique de votre section de rattachement sur ce point. Pour certaines, une candidature dans une autre section de rattachement ne démontre pas votre volonté de manger ou d'enseigner, mais vaut acte de trahison, et pourrait vous exclure d'office de la procédure de qualification.

Vous pouvez aller voir le site du CNU, mais le plus efficace demeure de demander directement à des maîtres de conférence ou des professeurs membres de votre section de rattachement ce qu'ils en pensent.

  • Inscrivez-vous aussi à la newsletter d’ALTAIR ! Celle-ci vous prévient dès qu’un poste est publié sur la/les section(s) que vous avez choisie(s).
  • Toutes les universités ne sont pas sur ALTAIR : pensez, à partir de la liste présente sur le site de l’ESR à faire vous-même votre propre veille : pour les universités qui vous intéressent, trouvez la page « recrutement » et créez-vous un favori.

Dès maintenant, vous pouvez commencer à faire des photocopies de :

  • Votre pièce d’identité
  • Le cas échéant, votre contrat doctoral
  • Une lettre de motivation « type » pour chaque section dans laquelle vous postulez ; sauf si un poste vous tient particulièrement à cœur, inutile de personnaliser à fond vos LM ou d'exagérer votre  désir d'obtenir le poste :  

cela se voit.

  • Votre CV universitaire, mis à jour
  • Une note sur vos activités d’enseignement et de recherche (2 à 5 pages), détaillant vos enseignements précédents, vos publications et vos participations en colloques…

Si vous êtes titulaire d’un concours de l’enseignement secondaire, il vous faudra votre numen (à obtenir auprès du rectorat : prévoyez de l’attente au téléphone, voire de vous déplacer) et, si vous arrivez en plus en fin de contrat doctoral, vous devez participer au mouvement de mutation inter-académique au mois de Décembre !

Pour les enseignants du second degré :
(source)
Cas particulier des personnels enseignants du second degré
Rappel des procédures consignées dans le Bulletin officiel spécial n° 8 du 8 novembre 2012 relatives au mouvement national à gestion déconcentrée pour la rentrée 2013.
Personnels candidats aux fonctions d'Ater pour la première fois
a) S'ils n'ont jamais obtenu d'affectation dans le second degré ou s'ils sont placés en congé sans traitement pour exercer les fonctions de moniteur, ils doivent obligatoirement participer aux phases inter et intra-académiques du mouvement des personnels du second degré. Leur détachement dans l'enseignement supérieur ne pourra leur être accordé qu'à la condition, d'une part qu'ils aient fait connaître aux services académiques, dès qu'ils la déposent, leur candidature à ces fonctions et, d'autre part, qu'ils n'aient demandé que des zones de remplacement lors de la phase intra-académique.
b) S'ils sont titulaires d'un poste dans un établissement du second degré, qu'ils participent ou non au mouvement interacadémique, ils doivent participer au mouvement intra-académique pour demander une affectation dans une zone de remplacement. Leur détachement dans l'enseignement supérieur ne pourra leur être accordé que s'ils ont, par ailleurs, fait connaître aux services académiques, dès qu'ils la déposent, leur candidature à ces fonctions.
Personnels candidats au renouvellement de ces fonctions
a) Les personnels titulaires qui demandent un renouvellement dans ces fonctions pour une deuxième ou troisième année, qui n'ont jamais obtenu une affectation dans le second degré, doivent obligatoirement participer aux mouvements inter et intra-académiques des personnels du second degré.
b) Leur détachement dans l'enseignement supérieur ne pourra leur être accordé qu'à la condition, d'une part qu'ils aient fait connaître aux services académiques, dès qu'ils la déposent, leur candidature à ces fonctions et, d'autre part, qu'ils aient demandé à être affectés dans une zone de remplacement lors de la phase intra-académique.
c) Les personnels précédemment placés en congé sans traitement pour exercer des fonctions d'Ater qui demandent un renouvellement dans ces fonctions en qualité de titulaire doivent obligatoirement participer aux phases interacadémique et intra-académique du mouvement. Leur détachement dans l'enseignement supérieur ne pourra leur être accordé qu'à la condition, d'une part qu'ils aient fait connaître aux services académiques, dès qu'ils la déposent, leur candidature à ces fonctions et, d'autre part, qu'ils aient demandé à être affectés dans une zone de remplacement lors de la phase intra-académique.
d) Les personnels n'ayant pas participé aux phases inter et intra-académiques du mouvement, s'ils n'obtiennent pas un contrat d'Ater, seront affectés à titre provisoire auprès d'un recteur  en fonction des nécessités de service.
 

 

Vous pouvez aussi fouiller pour retrouver ces pièces que l’on vous demandera peut-être :

  • Votre diplôme de M2 (à demander au service des examens de votre université de M2)
  • Votre attestation de participation à la JAPD

Il vous faut penser à demander :

  • A votre directeur/trice de signer le formulaire garantissant que vous finirez votre thèse dans l’année : ce n’est qu’un papier, il ne vous (ni votre directeur) engage à RIEN, mais il est nécessaire. Les formulaires sont relativement différents selon les universités mais vous pouvez n’en faire signer qu’un et le photocopier pour l’envoyer à tout le monde : ce sont les mêmes termes.
  • Éventuellement, des lettres de recommandations (sous pli cacheté) : elles ne sont pas forcément demandées, mais peuvent être un « plus », notamment si vous postulez hors section. Votre directeur/trice, un collègue MCF ou PR avec qui vous avez un peu travaillé…

Attention toutefois à ne pas trop en faire avec ces lettres de recommandations. N’étant pas obligatoires, si vous en obtenez, il faut qu'elles servent à mettre en avant vos qualités et non vos liens avec son auteur.  Donc 

De plus, de l’avis de certains, les lettres de recommandation peuvent même vous desservir ! Essayer de tâter le terrain au maximum, et, dans le doute, mieux vaut peut-être s’abstenir ?

  • Faites-vous connaître en intervenant lors des séminaires des labos des facs ciblées juste un peu avant l’ouverture de la campagne de recrutement.

 

Pendant 

  • Soyez attentif•ve à la publication des postes et surtout aux différentes échéances : le mieux est de vous créer un tableau clair qui fait paraître quand les postes paraîtront (certaines universités l’annoncent sur leur site) et des dates limites pour chacun d’entre eux.
  • Préférez vous bloquer un jour / une demi-journée par semaine pour constituer vos dossiers, histoire de vous débarrasser du travail et que la campagne n’empiète pas outre mesure sur votre thèse et vos enseignements .
  • Pour choisir les postes si vous candidatez ailleurs que dans votre ville, vérifiez sur voyages-sncf si les liaisons en train sont correctes (pas trop longues, pas trop de correspondance, régulières et fréquentes) et à un prix abordable : vous ne serez défrayé.e d’aucun frais de transport.
  • Ne postulez pas à un poste que vous êtes susceptible de refuser par la suite. Le milieu des enseignants chercheurs fait que l’information circule vite et que tout se sait rapidement. Évitez donc de vous « griller » à l’avance.

 

  • Soyez très attentif/ve aux pièces du dossier à fournir : s’il manque une pièce, votre dossier pourra ne pas être étudié, ou on vous la demandera avec un délai intenable, évitez cette situation.
  • N’hésitez pas à joindre – sauf s’il est explicitement précisé le contraire – votre lettre de motivation même si elle n'est pas demandée
  • Faîtes votre enquête auprès des autres doctorants sur leur choix : un candidat local aura plus de chance que vous...
  • Etudiez les offres : certains postes sont fléchés : si la description en est très spécifique ("nous avons besoin d’un doctorant en sociologie du basket au Etats-Unis au début du 20e siècle, d’un doctorant en biologie du développement chez l’huître d’Arcachon…"), le candidat est vraisemblablement choisi. Rien ne vous empêche de tenter votre chance !
  • Certaines universités n’ouvrent pas de poste : vous pouvez toujours, au cas où, envoyer un dossier si un recrutement plus tardif était ouvert

 

 Après

  • Vous ne recevrez pas toujours de réponse, ni même de confirmation que votre dossier a bien été reçu – pas de panique.

N’hésitez pas à passer des coups de fil pour savoir où en est la campagne, si la délibération a eu lieu, quand elle se tiendra…

  • Vous allez recevoir des réponses négatives (si vous avez envoyé une centaine de dossier, c’est normal…) : ne vous laissez pas abattre, ça ne veut pas dire que vous êtes nul•le, que votre dossier ne vaut rien, mais que nous sommes nombreux pour peu de postes.

Cependant, si vous n’avez pas eu de poste, ne baissez pas les bras : il y a d’autres recrutements plus tardifs ou « au fil de l’eau ».  Si vraiment, aucun poste d’ATER ne vous est attribué, tenez bon, pensez aux vacations possibles, au chômage que vous pouvez toucher, etc.

 Vous avez obtenu un poste 

  •  les responsables d'équipe peuvent prendre contact avec vous, mais ce n'est pas toujours le cas : vous pouvez repérer dans quel département, UFR, licence, etc., vous allez enseigner et aller vous-même au devant de vos futurs collègues (enseignants chercheurs et administratifs), histoire de vous présenter, et de demander quelques informations sur la formation et les cours où vous allez intervenir.
  • cette prise de contact vous permettra également de parler de votre emploi du temps : si vous enseignez dans une ville différente de la votre, vous aurez sans doute envie de regrouper vos cours sur un ou deux jours ! Il se peut qu'au moment où vous êtes recruté·e, les emplois du temps soient déjà plus ou moins faits : le plus vite sera donc le mieux. 
  • le délai entre votre recrutement et la signature du contrat est d'environ un mois (cela peut se faire plus rapidement, ou au contraire attendre la reprise à la fin du mois d'août). Quoiqu'il en soit, si vous partez en vacances, ne partez pas  trop vite (ou trop loin) avant de savoir quand vous devrez aller signer (il y a 2 documents à signer : le contrat, et le procès verbal d'installation). Avant cette formalité, vous en aurez d'autres à remplir : peut-être des documents à fournir, et de toute façon, un certificat médical pour votre entrée dans la fonction publique, à faire chez un médecin agréé (en Île de France par exemple).
  • assurez vous de l'état de votre service : il n'est pas censé excéder les 192h TD (rappel : 1 CM = 1,5 heure équivalent TD) ; si vous avez des CM, faites bien le calcul. Il est possible que l'on vous demande de faire des heures complémentaires : voyez si vous pouvez "négocier" pour éviter cela - ce qui est toujours délicat. N'oubliez pas que vous ne pouvez pas être rémunéré·e pour des heures complémentaires.
  • vous pouvez également demander à voir la plaquette de la formation où vous enseignerez pour voir si le descriptif de cours et notamment les modalités d'évaluation vous conviennent, ou si vous voulez y apporter des modifications. Il est parfois difficile de se projeter dans un nouveau cours pas encore réalisé et d'envisager les modalités de contrôle de connaissance, mais cela vous permettra d'éviter les exercices qui ne vous conviennent pas et d'en proposer d'autres. Attention, la brochure est parfois déjà terminée et les modifications impossibles - là encore, il vaut mieux anticiper.
  •  et enfin, pour vos cours, n'hésitez pas à demander qui vous a précédé - que ce soit quelqu'un de l'équipe ou un·e autre ATER - et à prendre contact : vous aurez des infos sur votre public, sur les objectifs de votre enseignement, et peut-être un plan de cours, des contenus... N'hésitez pas aussi à nous écrire en nous disant ce que vous recherchez (disicpline, exercices, type de support...) et si un·e de nos adhérent·e·s peut vous aider, nous vous mettrons en relation !N'oubliez pas aussi de consulter notre partie Ressources, notamment les liens proposant des ressources en ligne.

Bon courage !

 

Autres liens :

La Guilde des jeunes chercheurs :

Le dossier d’ATER http://guilde.jeunes-chercheurs.org/Public/ATER/2006/Dossier-ATER.html

Les ATER : pour qui ? http://guilde.jeunes-chercheurs.org/Textes/Ater/

D’autres conseils sur ENthèSe http://enthese.hypotheses.org/139